HOMEA PROPOSTWITTERFACEBOOKCONTACT

Le jour où j’ai décidé de devenir un poney

Je le disais dans mon précédent article (donc il y a de cela 6 mois)(non allez en fait c’était début du mois d’avril) mais il y a plein de choses que je peux me permettre de faire avant mes 30 balais parce qu’après c’est trop tard. Ok même s’il n’est jamais trop tard pour rien il parait.

Le tout premier truc de ma liste est la grosse folie capillaire dont je rêve en secret depuis des années: avoir les cheveux roses poney.

Pink fluffy unicorn Pour pouvoir danser sur un arc-en-ciel avec panache

Mais voilà, plusieurs choses m’ont  freinés.

– La peur de détruire mes cheveux en les décolorant
– Le prix
– Et si j’aimais pas au final?

Ok c’est pas non plus la mort tout ça. Au pire j’aime pas, je recolore par dessus et je ne mange que des pâtes au beurre pendant 2 mois.
Mais voilà, ça fait quand même 4 ans je crois maintenant que je suis rousse. Et j’y suis tellement habituée. Et ça fait tellement naturel sur moi, faut bien le reconnaitre, au point que certaines personnes s’étonnent quand je leur dit qu’en vrai je suis blond foncé.

Et me voilà donc en rouquine, sans filtre instagram sans rien du tout, fraichement sortie de quelques jours de chez le coiffeur la dernière fois (je juge ça à l’absence de racines)

selfie(oui j’ai mis mon plus joli pull pour l’occasion <3)

J’ai donc passé longtemps à hésiter. La dernière fois que j’ai vu mon coloriste, je lui en ai parlé. Et là il m’a dit tout de suite qu’il pouvait me faire ça sans ruiner ma tignasse. J’ai donc réfléchi encore (oui ça ne se prend pas à la légère cette décision) pendant 3 mois.
Et là, l’autre jour en partant au boulot j’ai fait un petit détour par chez mon coiffeur. Je lui ai demandé les prix, tout ça. Et alors que je me m’étranglais en entendant l’estimation du coût qu’engendrerait ma chevelure de poney, j’ai pris rendez-vous. Comme une ouf, j’avais assez réfléchi, j’ai sauté le pas, parce que yolo les gars.

J’écris donc cet article en deux temps. On est lundi matin, jour férié, et je me fais décolorer la touffe vendredi. J’espère que d’ici là je n’aurai pas un cas de conscience (payer mes factures ou avoir l’air trop cool?).

Et nous voici donc samedi matin et j’ai été chez le coiffeur hier! Et donc voilà, c’est fait, j’ai les cheveux poneys. Mais avant de vous montrer le résultat final (quoi que ayant bombardé les réseaux sociaux tellement j’étais ouf du résultat, vous l’avez certainement déjà vu) je vous raconte un peu comment ça c’est passé. Parce que passer d’un blond foncé coloré en roux à une couleur pastel, ça ne se fait pas en un claquement de doigts.
Pour décourager les impatientes de passer à l’acte, j’ai passé 8 heures je suis le coiffeur. Huit heures.

Mon coloriste a donc commencé par une première décoloration sur mes longueurs avec un produit spécial (dont j’ai oublié le nom) qui est censé empêcher mes cheveux de se casser. Ce qui est vraiment génial parce que j’avais pas trop envie de me retrouver la boule à zéro. Je me suis donc retrouvée enveloppée dans du film alimentaire pendant une bonne heure.

DécolorationAvec un petit noeud sur la tête en prime <3

Il a fallut après rinçage, répéter cette opération encore une fois en incluant la décoloration sur mes racines également. De nouveau repartie pour une heure dans la peau d’un wrap. Ajoutez le temps de pose du produit, et le rinçage à chaque fois, calculez que ça fait déjà plus de 4 heures que je suis chez le coiffeur juste pour décolorer mes cheveux. De plus, le coloriste m’a dit qu’il ne s’attendait pas à ce que deux décolorations suffise avec ma base foncée, mon cheveux a très bien réagi et s’est décoloré comme par enchantement.

décoloration Après la première décoloration, je suis jaune pipi, c’est charmant.

décolorationAprès la deuxième décoloration, les racines ont bien pris, elles sont fort blanches mais le reste de ma tête garde des tons jaunes.

Le travail d’Olivier (mon coloriste, qui avait un look de pirate hier, je regrette de ne pas vous l’avoir photographié d’ailleurs) consiste maintenant à enlever les tons jaunes pour que j’ai une base bien blanche. Je suis de nouveau tartinée de produit qui devra encore poser.
Ca fait des heures que je suis là, je commence à avoir mal aux fesses. J’ai eu droit à des shampoings et des soins mais je vous avoue que je ne sais plus trop à quel moment, y a eu tellement de trucs qui sont passés sur mes cheveux (la phrase un peu perv’ de l’article).

décoloration Mes cheveux sont platines, je peux aller élever des dragons si je veux

Je suis blonde platine après le coulage qui a enlevé tous les reflets jaunes. Je suis étonnée, je trouve ça canon alors que ce n’est vraiment pas une couleur qui m’attirait. Mon coloriste et les autres coiffeurs du salon le sont aussi « Ah ben tient, je pensais pas que ça t’irait aussi bien, tu veux repartir comme ça? ».
Nope, je suis venue pour sortir comme une licorne, continuons!

Je suis de nouveau dans le bac à shampoing pour des soins en tout genre. Mon cheveu a quand même souffert, il a besoin de soin. La décoloration rend le cheveu poreux et si on ne le nourrit pas, il est sec. Ayant déjà un cheveu sec de base, j’ai pas envie de me retrouver avec de la paille.

La dernière étape arrive enfin. Après 6H30, on me pose un produit qui rend mes cheveux un peu argenté. Et ensuite vient le tartinage de rose.
J’ai une envie de rose pastel, Olivier me tend un nuancier et me montre un vieux rose tirant vers le mauve.  C’est canon, et suivant ces conseils je m’oriente là dessus. Il m’assure que la couleur tiendra plus longtemps et se patinera vers le rose au fil des shampoing. Une des coiffeuses du salon a fait la même et effectivement, elle est rose pale après 2 shampoings. Je fonce les yeux fermés, j’ai toujours fait confiance à mon coloriste.

colorationOui c’est très rose, mais ça ne va pas rester comme ça

Mon calvaire prend fin. On me rince la couleur après 20 minutes, j’ai encore droit à des shampoings et des soins, et un petit brushing en cadeau. J’ai mal au cul d’être restée assise pendant 8 heures mais je suis ravie du résultat. La couleur est canon! Suivant la lumière je suis rose ou mauve, j’adore, je suis un poney.
Evidemment je ne peux pas encore vous parler de l’entretien de la couleur vu qu’elle est fraiche. Mais je reviendrai vers vous avec un article si ça vous intéresse.
Parlons du prix maintenant, qui va sûrement en refroidir plus d’une. J’ai payé 240 euros pour la décoloration, le coulage qui a enlevé les reflets jaunes et tous les soins. Etant habituée du salon, on m’a fait cadeau de la couleur (sinon comptez facilement 60-80 euros en plus). C’est un certain coût mais je ne me voyais pas du tout décolorer mes cheveux toute seule!

Bon allez, voici le résultat final:

pink hair

VOILA! Alors, quelqu’un est tenté par les cheveux pastels? 

L’adresse de mon salon de coiffure:
Wakko
Place de Dinant, 1
1000 Bruxelles

 

P.S: ouais je sais les photos sont pas top mais bon, j’allais pas amener mon photographe chez le coiffeur ^^

Publié le samedi 30 mai 2015 dans Beauty

Le combo capillaire mythique et extraordinaire

Hello Everypony!

Je viens vers vous aujourd’hui pour vous faire part d’une découverte qui a changé ma vie. Ok j’abuse, mais j’en suis pas loin.  J’ai trouvé le parfait combo Olive Mythique et Huile Extraordinaire.

Shampoing, masque, huile(oui je sais que la photo est dégueulasse, mais j’ai jamais prétendu être une bonne blogueuse qui prend de jolies photos avec des fleurs et des papillons dessus)

Mais avant de vous en parler plus en détails, voilà comment tout ceci a commencé.
Dimanche dernier, sous la douche. J’attrape mon flacon de shampoing et constate le drame: il est vide. Genre même plus une goutte. tumblr_mxedy5mpkt1sfeopeo1_500Pour l’histoire, je me lave les cheveux le dimanche. Uniquement le dimanche. Non pas que ça soit une tradition, mais je peux largement me permettre de ne me les laver qu’une fois par semaine. Je crois même pouvoir tirer 2 jours en plus mais aimant les laisser sécher dans une serviette toute la journée puis à l’air libre pour les finitions, le dimanche me parait un bon jour pour faire ça.
Je me rabats donc sur le shampoing de l’homme. Mais ça sent l’homme justement, donc j’aime pas. Ca c’est juste pour l’anecdote.

Je continue mon histoire. Vendredi en allant faire les courses, je fais un détour par le rayon beauté du Carrefour. Et donc là je suis partagée entre le « C’est la fin du mois, j’ai plus de sous mais j’ai besoin d’un bon masque et d’un shampoing, je peux faire l’impasse sur l’après-shampoing ».

Je pense que les shampoing de grande surface, je les ai tous testés. De celui pour cheveux secs, à celui pour cheveux colorés. J’ai une préférence pour ceux pour cheveux colorés, surtout en début de couleur quand elle dégorge encore un peu. Passé le premier mois je dois dire qu’elle ne bouge plus trop donc je peux me permettre un peu ce que je veux. Mais bref, là n’est pas la question.
Mon oeil a été attiré par un flacon inconnu. Ultra Doux à l’Olive Mythique de chez Garnier. Pour cheveux desséchés. Détestant l’huile d’olive c’est tout naturellement que j’ai embarqué le shampoing et le masque (sans même sentir l’odeur au flacon).
La fille d’une logique implacable.

Ma routine lavage de cheveux commence le samedi soir. J’enduis mes cheveux d’huile (pas d’olive, ne poussons pas le truc jusqu’au bout) capillaire et laisse poser toute la nuit.
J’utilise l’Huile Extraordinaire de l’Oréal.
Ce n’est pas mon huile favorite. Je garde un souvenir impérissable de celle de Shu Uemura que j’avais reçue dans une box il y a quelques années, mais à 50 boules le flacon, thanks but no thanks. Celle de l’Oréal est assez honorable, elle sent très bon et fait bien son job, que ce soit en finition, ou avant un brushing.

Dimanche au réveil, je me tartine les cheveux du masque capillaire à l’huile d’Olive (mythique, attention, ça déconne pas). Je laisse poser des heures avant de filer sous la douche. Ouais moi j’suis une ouf, je fais comme ça, le masque avant de laver mes cheveux. Ensuite sous la douche, je lave avec le shampoing (sans blagues, on s’en doutait pas). Niveau odeur, ça pue pas. C’est assez neutre. Je ne retrouve pas spécialement l’odeur de l’huile d’olive.

Je vous passe l’étape extrêmement longue du séchage, qui a duré tout l’après-midi, enroulé dans une serviette, puis séché à l’air libre et coiffé aux doigts.
Une fois sec, oh my god. Mes cheveux étaient tellement doux que j’ai passé ma soirée à les toucher, comme une pimbêche.

Voilà. Tout ce long article pour vous dire que j’ai adoré ces produits et que je pense utiliser un bon bout de temps. Enfin… Si ma condition capillaire me le permet dans les jours à venir. Oui je fais du teasing, au cas où ça vous aurait échappé… Rendez-vous samedi pour la suite de mes aventures capillaires ^^

Et sinon vous, c’est quoi vos produits miracles? 

Publié le lundi 25 mai 2015 dans Beauty

Trop vieille pour ces conneries

Trente balais. L’air de rien, ça approche.

too old for this shit

Il y a deux semaines j’ai fêté mes 29 ans. Quand je dis fêter c’est un bien grand mot. Je n’aime pas les fêtes d’anniversaire. Me rappeler à moi même que je vieillis ne m’enchante pas plus que ça. Mais bref. J’ai pris un an. Même si avec namoureux on a convaincu que j’aurai 24 ans pour la vie.

Quand j’étais gamine pour moi avoir 30 ans c’était être vieux. On est con quand on est gosse. Mais du coup c’est vrai que je m’imaginais à 30 ans être mariée, vivre dans une maison avec un grand jardin, avec des enfants et un chien (c’était avant de devenir une crazy cat lady).
On est bien loin de tout ça! Je vis en appartement, je suis en couple depuis 8 ans, j’ai un chat et toujours pas l’ombre d’un marmot. Et c’est très bien comme ça.

J’en profite au passage pour rappeler à toutes les personnes, qui pensent que te sortir des « Ah mais tu devrais avoir des enfants c’est magique/fantastique/ça change la vie/ça te rend responsable et puis il faut te dépêcher tu n’as plus beaucoup de temps devant toi, après ça va devenir plus difficile, tu seras fatiguée, blablabla » va te faire réagir et plonger dans la maternité les yeux fermés, de se mêler un peu de leur utérus. Je fais encore ce que je veux de ma life et pour l’instant j’avoue qu’élever des Pokémons me tente vachement plus que d’élever un petit humain. Le Pokémon quand tu en as marre, tu fermes ta 3DS et tu passes à autre chose.

Voilà, c’était le grognement de la pré-trentenaire qui en a marre de cette soit disant convention sociale qui veut qu’à ton âge tu sois maman, ou que tout au moins tu essayes de le devenir.

Là n’étais pas le but de l’article. Non le but était de faire une petite liste de choses que je peux encore me permettre de faire avant mes trente ans… parce qu’après je serais trop vieille pour ces conneries.

1. Me décolorer les cheveux, les teindre en rose puis les laisser vivre leur vie. Parce que je suis toujours une licorne dans ma tête. D’ailleurs j’en ai déjà parlé à mon coloriste qui a l’air encore plus emballé que moi.

Pink Hair

2. Passer une nuit à jouer à des jeux vidéos/se taper toute une saison d’une série en sachant que je vais bosser le lendemain. Comme au bon vieux temps de l’école où j’étais capable de le faire en ayant même l’air fraiche toute la journée.

3. Sortir de chez moi sans la moindre trace de maquillage. Ca commence à devenir dur, les ravages du temps et du manque de sommeil sont de pire en pire chaque jour.

4. Pouvoir manger n’importe quoi, n’importe quand. En disant fuck off au cholestérol, c’est pas aujourd’hui que tu vas m’avoir. Oui c’est la cinquième fois que je vais manger au snack cette semaine, et alors?

burger

5. Faire des achats compulsifs. Commencer à être raisonnable et savoir tenir un budget?

Evidemment cette liste peut être infinie. J’en suis déjà au stade ou certaines de ces phrases ne sont vraiment plus pour moi. J’avoue que si je n’ai pas mes 8 heures de sommeil, je suis totalement à la ramasse. Vieille vous avez dit? Ouais carrément.

Ceci dit pour rien au monde je ne retournerai à mes vingt ans. On a beau dire tout ce qu’on veut, une femme trouve son épanouissement personnel bien plus tard (ohlalala, philo du jour bonjour!). A l’heure qu’il est, même si mon contour des yeux commence vraiment à faire la gueule, je me trouve bien mieux qu’à mes vingt ans où je n’avais tout simplement pas grand chose pour moi (sérieux vous verriez des photos… heureusement que j’étais sympa).

Sur ce, je vais aller m’étaler de la crème anti-rides et profiter de mes derniers jours de vacances. Vacances où je n’ai rien fait d’autre que de recharger mes batteries. Je suis déjà trop vieille pour ces conneries.

Publié le mercredi 1 avril 2015 dans En Vrac

Déco: meuble de salon home made

Salut les poneys!

Aujourd’hui j’ai décidé de vous faire un petit point déco de l’appartement. Rappelez-vous la dernière fois je vous laissais en plan dans ma salle de bain.
Dit comme ça ça fait un peu bizarre.

Bref. Quittons ma salle de bain et retournons dans mon salon.
Mon salon manquait de sa pièce maitresse: le meuble télé. Nous voulions quelque chose d’ultra massif. Oui, parce qu’on aime bien quand ça prend de la place.
Il y a quelques années de cela nous avions demandé à Papounet LaBricole de réaliser le meuble télé de notre ancien appartement. Avec un système pour faire pivoter la télé et tout.
C’est donc tout naturellement et pour son plus grand malheur que nous avons exposé nos envies à Papounet. Et donc endéans les 7 à 8 mois comme indiqué, nous avons reçu notre meuble.

Alors il fallut quand même plusieurs voyages pour l’installer. N’ayant pas un établi assez grand que pour stocker tout le meuble en une fois, ni un semi-remorque pour le transporter, nous avons du être patient.
Mais la patience paye les amis! Voici notre meuble de salon totalement sur mesure avec porte coulissante encastrable pour aller dans la pièce d’à côté.
D’ailleurs pour l’anecdote, quelques jours après l’installation, nous avons trouvé un matin Cookie TheCat dans notre chambre. Ce gros crevard ayant trouvé l’astuce pour faire coulisser la porte en toute discrétion.

Un petit bijou qui n’est pas totalement terminé puisqu’un système d’éclairage va venir s’incruster dans la partie centrale, je vous montrerai quand ça sera posé. Les plinthes sont également manquantes.
Et je ne vous raconte même pas la galère que j’ai eu pour le prendre en photo. Impossible de le faire tenir sur une seule.

outils

Montage meuble

MeubleVoilà pour la première partie montée. Passons à la suite! Vous verrez plus tard que nous avons également enlevé la planche gauche du meuble, juste à côté du cerf, histoire d’avoir une meilleure vue sur le contenu.

Meuble(Dr. House est dans la place)

Meuble

Meuble(Regardez comme il est content!)

Meuble

Meuble

IMG_4528

Et maintenant le plus difficile va être de remplir tout ça. Oh remarquez j’ai déjà plein d’idées de brols en tout genre. Namoureux m’a déjà juste prévenu qu’il ne fallait pas que je mette trop de chats dedans, hashtag crazy cat lady.

Alors, il cartonne hein mon Papounet? Et c’est pas la peine de me demander ou vous pouvez le louer, j’le garde pour moi!

Alors, vous en pensez quoi?

Pour retrouver tous les épisodes chantier, c’est par ici:

Episode 1: Bienvenue sur le chantier
Episode 2: La cuisine
Episode 3: Le salon
Episode 4: La salle de bain
Episode bonus: La maison tête de chat pour Cookie 

Publié le mardi 24 février 2015 dans Déco

Tous droits réservés 2009-2010